Get Adobe Flash player

Niederhaslach, d’où viens tu ?

Niederhaslach, modeste village de 1500 habitants, est gentiment niché dans la riante vallée de la Hasel greffée sur la vallée de la Bruche. Témoin de l’histoire de la vallée, le village peut s’enorgueillir de ses nombreux monuments qui constituent son patrimoine architectural. La magnifique collégiale saint Florent datant des XIIIème et XIVème siècles, classée monument historique depuis 1846, compte parmi les plus beaux joyaux de l’art gothique en Alsace.

Le village doit sont origine à l’existence d’un monastère qu’aurait fondé saint Florent au 7ème siècle sous le nom d’Avellana ou Avellanum (qui n’est autre que la traduction du mot noisette) grâce à la générosité d’un roi mérovingien. Saint Florent fut nommé 7ème évêque de Strasbourg succédant ainsi à Saint Arbogast sur le siège épiscopal de Strasbourg. Il décéda en 673 et c’est l’évêque Rachio qui procéda, le 7 novembre 810, à la translation du corps de saint Florent de Strasbourg à Haslach. Depuis cette date l’endroit devint et reste toujours un important lieu de pèlerinage (dimanche après le 6 novembre). La vie de saint Florent antérieure à sa nomination sur le siège épiscopal de Strasbourg et dont on ne sait pas grand chose a été fortement contaminée par la légende.

Au cours du XIème siècle, les moines furent remplacés par des chanoines qui formèrent le chapitre de « Haslach ». L’abbatiale devint alors collégiale autour de laquelle s’édifièrent des maisons canoniales.

Autrefois la vallée de la Hasel ne renfermait qu’un seul village nommé Haslach. Le village se développa autour de l’abbaye et le long de la Hasel, une rivière dont il est arrosé et d’où est tiré son nom « (Haselo, Haselaha, Haselach) et dont la première mention « Rivolus Hasla » date de 817. Ce n’est qu’en 1216 qu’il fut fait mention de deux villages « Haselahe inferior » pour Niederhaslach et « Hasela supérior » pour Oberhaslach.

Possession épiscopale, l’évêque avait un château contigu à l’église décrit comme antique en 1289. Haslach possédait son propre tribunal ayant juridiction sur plusieurs villages. Il était présidé par l’ « avoué » assisté de quatorze échevins et siégeait trois fois l’an.

L’importance et la richesse du Chapitre de Haslach attisèrent bien des convoitises. C’est ainsi qu’en 1525, lors de la guerre des paysans il fut pillé, les reliques du saint jetées à terre, la châsse en or ornée de pierres précieuses emmenée à Dorlisheim, où elle fut fondue et le butin partagé.

Pendant la Guerre de Trente Ans, le 6 juin 1633 précisément, les troupes suédoises vinrent incendier l’église et les maisons environnantes malgré l’intervention du roi Louis XIII. Durant plusieurs décennies l’église n’eut plus de toit qu’elle ne retrouva qu’en 1703.

Lors de la guerre des Pandours en 1744, des troupes françaises la transformèrent en boucherie et en magasin. En 1778 au cours de la guerre de succession bavaroise, elle servit d’écurie.

L’exploitation forestière, des carrières de grès et l’agriculture constituaient à l’époque les principales ressources des habitants.

Aujourd’hui, les carrières ne sont plus exploitées et l’activité forestière est en perte de vitesse.

Du fait de la proximité de la commune de Molsheim constituant un important pôle d’emploi, Niederhaslach continue à voir croître sa population. Les néo-ruraux sont attirés par le calme de la vie campagnarde et la beauté des sites naturels qui entourent le village.

Accueil Histoire Histoire